Tous les ans, depuis 1971, les grands de ce monde, chefs d’entreprises, hauts fonctionnaires, politiciens, académiques et journalistes, se retrouvent au Forum économique mondial à Davos, en Suisse, afin de discuter des enjeux de l’humanité, notamment dans les domaines de la santé et de l’environnement. Notre élite de dirigeants politiques et économiques suggère d’améliorer la situation mondiale en cherchant des solutions aux plus grandes difficultés de la planète. Depuis quelques années, ces hauts placés discutent de l’urgence de contrer les inégalités entre les riches extrêmes, les plus démunis et nous, les gens de la classe moyenne qui tend à diminuer.

Depuis les années ’70, en particulier depuis le passage des Reagan-Thatcher et l’adoption de la théorie du ruissellement (tickle-down economics), nous réalisons que la réalité quotidienne est très différente des grands discours et des belles théories économiques. Cette théorie du tickle-down, voire idéologie, consiste à laisser plus d’argent dans les coffres des plus riches (en réduisant les impôts) en croyant qu’en bout de ligne, ce sera avantageux pour les moins bien nantis. Effectivement, on a cru pendant quelques décennies que si les multinationales et les plus riches avaient plus d’argent dans leurs coffres, ils pourraient créer des emplois et augmenter les salaires de leurs employés. Presque 50 ans de cette théorie nous a montré qu’elle est une illusion, nous en reparlerons. Cela dit, il est vrai de dire que la pauvreté extrême est moins présente sur notre planète.

Personne ne contestera que dans notre monde Occidental, les écarts de richesse ne cessent de grandir. Les riches deviennent plus riches, les « moyens » deviennent plus pauvres, et les démunis ne sont pas enviés. Oxfam – que les néolibéraux et les Libertariens n’aiment pas tellement – publiait à Davos son rapport annuel dans lequel nous apprenons que 26 milliardaires possèdent 1 400 000 000 000 de dollars (1 400 milliards $), l’équivalent des avoirs de 3,8 milliards d’autres personnes. Ces grands richissimes s’enrichissent chaque jour de 2 500 000 000 de dollars (2,5 milliard $), tandis que la moitié la plus pauvre de la population mondiale voit sa valeur nette diminuer.

Henry Mitzberg, célèbre professeur en management à l’université McGill, écrit: “Davos is the place where the people who spend 51 weeks a year creating the problems spend the 52nd pretending to solve them.”

Savez-vous d’où provient tout ce « nouvel » argent fait/créé par les plus riches?
Comprenez-vous vraiment comment fonctionne notre système économique?

Osez Autres Choses, Osez comprendre! Dare Other Things!Pour info: Formation DOT

31-01-2019 – Image : https://lppfusion.com/impact/george-washington-shocked-on-the-dollar-bill/

CONTACTEZ-MOI

Je ne suis pas là maintenant. Mais vous pouvez nous envoyer un email et je vous répondrez dans les plus brefs délais. MJ

En cours d’envoi

©2019 Dare Other Things Copywrite 2018Dare Other Things

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?