Par qui DOT?

DOT a été créé et est diffusé par Marie-Josée Caya (MJ) une curieuse insatiable, qui est toujours en mode apprentissage, qui aime entendre des points de vue différents – voir opposés – pour toujours garder son esprit critique éveillé. DOT est sa mission, son héritage.

« Je suis convaincue que chaque personne qui comprend objectivement son environnement, qui se connecte à ses motivations profondes et à son élan d’agir, contribue au collectif et l’influence positivement »

MJ Caya
DOT arbre

Mon histoire

Lors d’un séjour professionnel de cinq ans en Chine où j’ai vécu beaucoup d’interrogation et de contradictions avec ma perception « occidentale » du monde, je me suis mise à la recherche des étapes de la construction de notre « système », celui dans lequel nous avons été éduqué-es, celui dans lequel nous vivons et qui est présentement en transformation.

Depuis notre tendre enfance, nous absorbons ce que notre environnement nous enseigne. On serait né-e ailleurs, on penserait autrement. Les gens autour de nous nous enseignent ce qui se fait, ce qui ne se fait pas, ce qu’est le succès, l’échec, le bonheur – ou l’illusion de bonheur – ce qu’est le chemin pour réussir dans notre culture et dans notre société.

Avec tout mon parcours, toutes mes expériences, toutes mes études, des années de lectures exhaustives, de recherches, d’analyses, de rencontres, de discussions et de formations – dont celle sur la Théorie U du MIT (Massachusetts Institute of Technology) – que je fais sérieusement depuis plus de 20 ans – il est devenu essentiel pour moi de partager ce que j’ai appris, compris et ce que je continue d’apprendre et de comprendre.

Je me suis donnée comme mission d’informer et de conscientiser de manière simple, concrète et agréable, le plus grand nombre de personnes possibles sur les fondements de notre système économique, la création de l’argent, l’importance de notre environnement culturel et professionnel et sur l’essence de ce que chacun d’entre nous est viscéralement pour lui-même ou elle-même. L’objectif ultime est de soutenir les gens pour qu’ils et qu’elles réussissent à s’épanouir dans leur vie professionnelle et qu’ils et qu’elles aient un impact positif.

On a dit de moi : « Grande communicatrice, MJ partage avec passion et conviction ces apprentissages afin d’aider les gens à mieux naviguer dans le monde actuel. »

Mon cheminement

Je suis née au Lac-Saint-Jean. Mes parents se sont rencontrés grâce à une agence de rencontre! Ils étaient des pionniers et je dois ma vie à cette agence qui les avait présentés l’un à l’autre parce qu’ils aimaient tous les deux « la musique ».

Les seules querelles que mes parents ont eues étaient à propos de « la musique »! Ma mère, fille de notaire, aimait la grande musique classique et l’opéra. Mon père, fils de cultivateur et d’employé à la voirie l’hiver, aimait Gladys Mills et la culture musicale américaine.

Ma mère avait une formation d’infirmière et a fait un virage professionnel quand elle est devenue enseignante. Elle enseignait entre autres la psychologie aux auxiliaires-infirmières.

Mon père, anglophone, était comptable dans l’industrie pétrolière. Les Wall Street Journal, The Economist, Business Week faisaient partie de ce qui trainait sur les tables. Avec mon père, j’ai souvent épluché des légumes sur les pages des cotes de la bourse et il m’expliquait ce qu’était la bourse, le New York Stock Exchange (NYSE), et ce que je pouvais lire sur ces deux pages du journal comme : « IBM », le sigle de la compagnie International Business Machines.

Ma mère nous enseignait des choses comme : « Ce qui se passe dans la tête des autres n’est pas de tes affaires ». Mon père disait des choses comme : « Ils n’y a pas plusieurs races sur la planète, il y en a deux : des hommes et des femmes ». S’il vivait aujourd’hui, il apprendrait que c’est plus compliqué que ça … qu’il y a tous les LGBTQ++.

J’ai été très malade à l’âge de 7 ans (reins) ce qui m’a permis de comprendre très jeune que je pouvais mourir n’importe quand, et que la vie était courte.

Adolescente, quand on nous demande à l’école quels métier ou profession nous intéressent, je ne pouvais pas répondre comme les autres parce que tout m’intéressait. Je suis devenue comédienne pour pouvoir toucher – en surface – à plusieurs métiers. Cette première formation professionnelle m’a donné l’occasion de travailler pendant plus d’une décennie dans le milieu artistique.

Adolescente, quand on nous demande à l’école quels métier ou profession nous intéressent, je ne pouvais pas répondre comme les autres parce que tout m’intéressait. Je suis devenue comédienne pour pouvoir toucher – en surface – à plusieurs métiers. Cette première formation professionnelle m’a donné l’occasion de travailler pendant plus d’une décennie dans le milieu artistique.

Un jour de printemps, dans ma vingtaine, j’ai pris le temps d’écrire tout ce que je voulais faire dans ma vie. Quand j’ai additionné toutes les années que ça me prendrait pour faire tout ce que je voulais faire, la calculatrice m’a indiqué que je devais vivre 729 ans! Réaliser dans la jeune vingtaine qu’on ne pourra pas faire ce qu’on veut dans notre vie est un éveil brutal! Dans la vie, pour avoir un sentiment de satisfaction, il faut prioriser … donc éliminer.

De nature optimiste, j’avais réduit ma liste pour bien occuper 125 ans! J’avais gardé l’item « aller vivre à l’étranger quelques années » … et en 2003, avec mon conjoint, nous sommes allés vivre et travailler en Chine. Et c’est là, où DOT est né!

Au cours de mes propres luttes, j’ai fait beaucoup de recherches, d’entretiens, de lectures. Un jour, je me suis réveillée! Quelques années plus tard, c’est devenu ma mission, ma cause d’aider les personnes sur le marché du travail, ou en début de retraite, à une avoir meilleure compréhension de notre système, à avoir plus d’ouverture d’esprit, à muscler leur esprit critique, à développer leur courage pour oser et finalement, faciliter un réseau d’entraide avec ceux et celles qui souhaitent avoir un impact positif pour améliorer leur environnement.

Via un parcours précis, j’ai découvert ma motivation intrinsèque, profonde, celle qui me donne envie de me réveiller tous les jours. Des collègues DOTters qui sont – ou ont été – membres du Comité Aviseur de DOT, m’ont aidé à formuler ma mission :

« Une honnête et solide approche de transformation; DOT est ma cause. Parce que je sais que la vie est un cadeau, j’accompagne des professionnels de tous les horizons dans l’apprentissage, la réflexion et la mise en place d’actions positives, ce qui contribue à créer un monde meilleur. »

MJ Caya
Asset 51080
imageedit 4 4097341443
Cercle bleu mauve1080

La dimension collective

Dans notre monde de plus en plus individualiste, la dimension collective est devenue importante à mes yeux.

Le jour où l’on s’inscrit comme un morceau d’une dynamique collective –dans notre vie
professionnelle ou privée – la vision et la compréhension de nos environnements changent.

Se sentir en harmonie avec une bonne partie des citoyens – employés et entrepreneurs – qui avancent sans faire les manchettes, qui se mettent en mouvement pour faire face à un ou plusieurs enjeux que l’on vit et qui nous touchent. Partout sur Terre existent des mouvements, des groupes, des individus qui transforment leur environnement – personnel et professionnel – pour le mieux. Participer nombreux à cet élan vers un meilleur demain, chacun dans son domaine, chacun dans son coin de pays, est fascinant.

Il y a quelques années, j’ai découvert ma motivation intrinsèque, profonde, qui me rend heureuse tous les jours. Je souhaite vous soutenir pour pouvoir en faire autant.

DOT vous inspirera à Oser Autre Chose

Shopping Basket

Évènements à venir